Mon expérience CAP couture flou #3 – EP2

cap-mode-vetement-flou

Voilà enfin l’épreuve finale et cruciale du CAP couture flou ! Je vous raconte ces 16h de couture au fur et à mesure pour mieux comprendre ce qui se passe durant l’épreuve.

EP2 – Mise en oeuvre de la fabrication de tout ou partie d’un vêtement

Dernière phase de CAP avec l’épreuve tant attendu de la couture avec 16h sur 2 jours de 8h30 à 17h30 avec une petite heure de pause. J’arrive presque 3/4 d’heure en avance comme précisé sur la convocation, espérant peut être pouvoir examiner la piqueuse plate en avance, mais on nous demande d’attendre à l’extérieur.

L’épreuve consiste à réaliser en 16h une pièce (robe, jupe, short, blouse, etc…) selon un patron donné à l’aide d’une piqueuse plate c’est-à-dire une machine à coudre professionnelle qui ne coud qu’un point droit, et une surjeteuse professionnelle également.
Les compétences évaluées sont de savoir régler et maintenir en état les matériels ; appliquer une organisation au poste de travail ; effectuer les opérations de coupe et d’entoilage et de réaliser les opérations d’assemblage, de montage et de finition.

Dès l’arrivée dans la salle, je constate qu’un tissu noir de type crêpe ainsi qu’une fermeture à glissière noir se trouve sur ma table. Je comprend rapidement que nous n’allons pas coudre la robe de l’épreuve EP1, mais une toute autre pièce. Suspense jusqu’à l’heure pile et la distribution du sujet… il s’agit d’un combishort !

Pour la première fois il s’agit d’un patron différent et à l’aspect plus technique mais je garde mon calme et je me dis que le patron est tout de même plus intéressant à travailler et de toute façon la robe n’était pas à mon goût.

Le patron de la combishort est vraiment sympa avec une taille marquée par une ceinture et des passants, des petites manches bordées de dentelle, un dos croisé avec de la dentelle également, des pinces, une fermeture éclair invisible de 40cm, des poches italiennes sur l’avant et une poche paysanne sur l’arrière gauche. Le tout dans un crêpe de polyester noir de belle qualité et un très joli galon de dentelle pour les finitions.

Le dossier comporte la présentation du sujet avec un schéma et descriptif, un tableau de nomenclature des différentes pièces, un plan de coupe ainsi qu’une gamme de montage permettant de réaliser le combishort. La gamme de montage précise les 59 étapes pour coudre ensemble les 18 éléments et concevoir le combishort.

cap-mode-vetement-flou

L’épreuve

Je commence par parcourir le sujet pour mieux le comprendre, puis au bout de quelques minutes je décide d’attaquer la découpe des pièces du patron qui se trouve sur 2 planches A0. Après la découpe des pièces sur papier, vient la découpe des pièces sur le tissu en suivant scrupuleusement le plan de coupe. Mille épingles plus tard car le crêpe glisse un peu, je demande une vérification des pièces avant découpe à l’une de mes deux examinatrices.

C’est une étape obligatoire pour vérifier la bonne mise en place du plan de coupe pour bien commencer l’épreuve et pouvoir passer à la suite. Je découpe ensuite les pièces une à une et je note les repères du modèle à l’aide de faufil couleur ocre que j’avais emporté avec moi. Cela prend un certain temps mais permet d’avoir des repères précis. Vous pouvez tout aussi bien utiliser le stylo frixion (qui s’efface à la chaleur) ou le papier carbone en fonction du tissu proposé. Chaque pièce est ainsi empilé pour former ce que l’on appel une « buche » avec annotation de chaque élément (nom, numéro de pièce et endroit et envers du tissu).

L’examinatrice commence par me montrer comment enfiler une piqueuse plate une fois sur une machine témoin et m’indique la machine à coudre sur laquelle je vais travailler ces 2 prochains jours. L’enfilage est plus long qu’une machine à coudre classique mais cela se passe bien et je fais quelques tests sur une chute pour tester l’entrainement du tissu, la fonction point arrière et le lever de pied presseur grâce à la manette située au genou. Tout se passe bien, je suis plutôt rassuré la piqueuse plate est en réalité assez simple d’utilisation mais demande de la précision et de l’attention pour ne pas coudre trop rapidement.

La première étape de la gamme de montage est d’assembler les 4 pinces sur le devant ainsi que la doublure du devant, et les pinces sur le short dos. Puis on vient repasser les pinces à la presse. Je passe ensuite à l’étape 3, le thermocollage. Il est 12h30, l’heure de la pause déjeuner et je viens de terminer de thermocoller les différentes pièces à l’aide de la presse industrielle.

La pause déjeuner fait beaucoup de bien et permet de partager ces impressions avec ces collègues et prendre un peu de recul. Le plus important est sans doute de ne pas paniquer et de suivre scrupuleusement les étapes indiquées dans la gamme de montage. La pause passe très vite et on retourne vite se mettre enfin à coudre.

La poche passepoilée

A la reprise, j’attaque la poche passepoilée paysanne du dos du short en suivant les indications technique. Tout se passe bien, malgré m’appréhension lorsque je dois couper la fente de la poche avant de retourner les pièces. Le crêpe de polyester ne marque pas bien au fer et j’ai peur d’abîmer le tissu alors la poche n’est pas parfaitement plate.

Je passe ensuite aux poches italiennes sur l’avant du short. La surjeteuse industrielle fait son apparition et elle est en réalité assez proche d’une surjeteuse classique mais le bruit est bien moins fort et l’entrainement du tissu facilité grandement la couture.

A 16h30, une heure avant la fin de la première journée, je commence a poser les galons de dentelle sur les bas de manche et les deux pièces de dos croisées. L’heure de fin de la première journée sonne déjà et j’en suis à l’étape 26 de la gamme de montage.

cap-mode-vetement-flou
cap-mode-vetement-flou

Bilan de la première journée

La première journée s’est bien passée et je suis plutôt contente malgré la surprise du combishort et les quelques points techniques à surmonter.

A la sortie, on échange brièvement entre nous et beaucoup ont perdu du temps sur la poche passepoilée, mais on reste confient et on file se reposer pour le lendemain car la fatigue se fait bien ressentir après 8h de couture.

La suite du dernier jour des épreuves du CAP couture flou dans le prochain article ;)

signature atelier svila
Laisser un commentaire