Comment j’ai cousu ma robe de mariée

Comment j’ai cousu ma robe de mariée

C’est enfin le moment de vous dévoiler ma robe de mariée qui m’a accaparé depuis des mois et qui est le résultat de tant de travail et de réflexion…

Un mix de patrons

Dans ma tête, la robe devait être cache coeur, avec des petits mancherons, un dos original ouvert avec un petit flot, une ceinture pour marquer la taille et une longue jupe avec une petite traine pas trop encombrante. Voici le brief, mais pas si simple de trouver sur le ou les patrons dont j’avais besoin comme base.

Pour débuter, j’ai choisi le bas de la jupe du cours Artesane pour coudre sa robe de mariée. L’ampleur me paraissait idéale avec quelques fronces mais pas trop et une petite traine qui me correspondait.

Le haut de la robe est un peu plus travaillé, et pour l’avant je suis parti de la base du devant du patron de la robe Magnolia de Deer and Doe. Le croisé est idéal avec une largeur d’épaule qui me permet également de rejoindre un dos et ajouté des mancherons.

Concernant le dos, j’ai d’abord pensé au dos de la robe Belladone de Deer and Doe, puis après ma première toile je me suis rendu compte que les pinces du bas du dos n’étaient pas seyante pour le rendu souhaité. J’ai ensuite pensé au concept de robe personnalisé de Charlotte Auzou dont le joli dos losange qu’elle propose. J’ai tout de même du modifier la base de ce dos, mais je vous en reparle à travers mes différentes toiles.

La saison a fait que j’ai hésité un peu entre des petites manches ou des mancherons en dentelle. L’option petits mancherons m’a tout de même convaincu et j’ai remis la main sur les mancherons du top Syracuse de Anne Kerdilès couture que j’ai déjà utilisé à de nombreuses reprises. La largeur est idéale et il n’est pas froncé, ce que je voulais absolument éviter avec de la dentelle si fine.

L’étape de la toile

La robe de mes rêves était déjà bien encré dans ma tête et le plus dur était de réussir à obtenir le résultat tant espéré. Pour cela, l’étape plus qu’obligatoire est bien sûr la toile. Et lorsque je dis La toile, je veux plutôt dire Les toiles !

Une fois tous les patrons réuni, j’ai souhaité m’attaquer à une première toile du haut de la robe. Pour le bas, j’avais moins de peur et j’y suis allé sans toile une fois le patron du haut final mis en place.

Pour réaliser ma toile, j’ai opté pour un crêpe de polyester blanc des Coupons de Saint Pierre, qui s’approchait du rendu du crêpe de soie final en version bien moins cher et surtout plus souple qu’une toile à patron classique. Cela m’a permis de mieux me rendre compte du rendu final de la robe tout en étant simple à coudre et à retoucher.

La première toile m’a permis de modifier le devant pour s’adapter parfaitement à ma morphologie. J’ai notamment enlever au moins 2cm sur le haut de la jonction de la découpe princesse. Plusieurs tests ont été nécessaire pour un tombé parfait d’où l’absolue nécessité de coudre plusieurs toiles.

Concernant le dos, cela a été plus compliqué pour arriver à l’idée que j’avais en tête. Ma première version avec le dos de Belladonne ne m’a pas du tout convaincu à cause des pinces du bas du dos. Je suis donc passé sur le dos losange de Charlotte Auzou, et la première version était déjà bien plus jolie. Mais la partie basse du dos rejoint l’avant sur la couture d’emmanchure et ce n’est pas ce que je souhaitais.

J’ai donc modifié le patron du dos pour descendre cette ligne et la faire correspondre au haut de la couture de côté. La diagonale est donc moins prononcé, de même pour le haut de la partie dos que j’ai souhaiter descendre de quelques centimètres. Ce n’est pas flagrant sur la robe finale, mais pour arriver au rendu que je souhaitais j’ai du réaliser 3 toiles.

Ma quatrième toile du haut avait pour objectif de m’aider à comprendre comment réaliser l’assemblage de la robe que je voulais entièrement doublée bien sûr, mais également avec un appliqué de dentelle sur l’avant et le bas du dos. Le haut du dos et les mancherons étant entièrement en dentelle pour jouer avec les festons de cette dernière.

Un galon de dentelle est aussi inséré pour souligner le décolleté et le bas du dos. Tout ceci complique l’assemblage et je voulais être certaine de la manière de procéder pour les plus jolis finitions possible.

Après ces 4 toiles, j’étais rassurée et je savais dans quoi je me lançais. L’étape de la coupe du tissu pouvais donc commencer. Spoiler alerte… oui c’est extrêmement stressant de couper dans un crêpe de soie surtout sur de grandes pièces comme la jupe.

Les tissus précieux

Suite à mon dernier article sur ma visite chez Stragier pour sélectionner les tissus de ma robe de mariée, je vous dévoile enfin mon choix final et les raisons qui m’ont fait opter pour ces derniers.

Le thème du mariage était une touche de bohème en automne, et même si je tenais bien sûr à la longue robe blanche, je voulais en rendu assez lourd du tissu. J’ai tout de suite éliminé la mousseline ou les tissus trop fluide et je me suis tourné naturellement vers un drap de soie lourd coloris ivoire.

Lors de ma commande d’échantillon, j’avais flashé sur la dentelle de calais Cristal disponible en 90cm de laize et 17cm. Ces deux largeurs sont très pratique pour optimiser la dentelle nécessaire et notamment pour doubler la ceinture la largeur 17cm est bien suffisante et évite les chutes de dentelle.

Pour la doublure, j’ai opté pour un crêpe de chine en soie coloris ivoire également, pour casser la légère transparence du tissu et améliorer le tombé du rendu final.

Le prix de la robe sera vraiment en fonction des tissus que vous choisissez. J’ai voulu me faire plaisir à cette occasion, mais vous pouvez tout à fait opter pour des matières crêpes et mousseline en acétate ou polyester de belle qualité pour limiter l’investissement.

La découpe du tissu

Pour la partie délicate de la découpe des tissus très fragiles et si précieux qu’est le crêpe de soie, le crêpe de chine 100% soie et la dentelle de calais, je me suis entourée de ma témoin Mélanie, alias Cousette Chérie.

J’ai un vieux parquet à la maison et pour éviter d’abimer le tissu, nous avons étalé sur le sol une bâche en plastique avant d’y déposer le précieux tissu. Le tissu étant fragile, on a évité les épingles et privilégié les poids, enfin plutôt les bougies que je possède chez moi.

Plus de 2 heures pour venir à bout de la découpe du patron de la jupe dans le tissu principal et la doublure. J’ai ensuite découpé les pièces du haut dans les très grandes chutes de tissu qu’il me restait sur les 6 mètres de tissu nécessaire dans les deux tissus. Puis, j’ai finalement attaqué la découpe des parties en dentelle non sans un gros stress et 3 bonnes vérifications avant chaque découpe pour éviter les erreurs et surtout réaliser les raccords de dentelle.

La dentelle possède un sens et je suis partie de la découpe de la pièce haut du dos que je voulais festonné sur le bas, puis j’ai coupé les autres pièces en fonction du motif de la première pour qu’il y ai des raccords sur chaque couture d’assemblage.

Le devant du haut est entièrement recouvert de dentelle, mais possède une découpe princesse, j’ai donc pris le parti de doubler chaque partie dans la dentelle, que j’ai assemblé sur les marges de couture. Puis, j’ai assemblé les pièces entre elles pour que la marge de couture de la dentelle soit invisible et bien plaquée sur le crêpe de soie.

Les astuces de couture

Voici quelques petits conseils pour vous aider à coudre les matières précieuses qui composent une robe de mariée :

  • Oubliez les épingles et privilégiez la couture au point de bâti à la main dans la marge de couture, puis retirez le fil délicatement après la couture d’assemblage.
  • Sélectionnez un fil de bonne qualité avec la bonne teinte de blanc, cela peut vraiment faire la différence.
  • Sélectionnez une aiguille microtex 70 pour éviter de tirer les fils de votre tissu soyeux.
  • Attention lors du repassage, effectuez des tests sur vos chutes de tissu et utilisez une patte mouille si nécessaire.
  • Pour coudre de la dentelle : utilisez du papier de soie sous votre dentelle, puis retirez délicatement le papier de soie en le déchirant sur la couture. Cela évitera à vos fils de dentelle de se prendre dans votre machine à coudre.
  • Surjettez toutes les pièces avant l’assemblage final pour de plus jolies finitions.
  • Sélectionnez un entoilage correspondant à votre tissu pour garder de la souplesse sur votre modèle.
  • Pour l’ourlet : Vous pouvez effectuer un point surjet ourlé avec votre surjeteuse 3 fils si vous avez une mousseline ou un crêpe très fin, mais vous pouvez également le réaliser avec un pied presseur ourleur de votre machine à coudre ou réaliser votre ourlet à la main.
  • N’hésitez pas à opter pour une lichette boutonnières élastique combiné aux boutons recouverts pour des finitions parfaites.
  • Le secret est de prendre son temps et de ne pas stresser, le résultat n’en sera que plus beau !

L’assemblage de la robe

Mes quelques toiles m’ont permis de bien comprendre l’assemblage de la robe et d’être plus à l’aise lors de la couture finale. Je me suis donc lancé en débutant par le haut de la robe. Tout d’abord, j’ai attaqué par le devant au niveau de la découpe princesse, sur le tissu principal plaqué de dentelle ainsi que sur la doublure.

J’ai également inséré un galon de dentelle sur la bordure du décolleté devant, en le cousant tout d’abord sur le tissu principal, avant de venir coudre la doublure en cousant exactement sur la couture précédente. Le petit détail du galon de dentelle est parfait pour ajouter une touche raffiné au modèle.

Le dos a été plus complexe a assemblé, mais en prenant son temps et en usant du point de bâti pour être certaine que rien de glisse avant la couture, les raccords sont presque parfaits.

Ensuite, place à l’assemblage de la ceinture doublée de dentelle avec une petite originalité où le bord de la dentelle dépasse sur le haut de la jupe. Pour la ceinture, je l’ai réalisé dans une seule bande de tissu de la longueur de mon tour de taille pour éviter les coutures de côté. C’est aussi le moment où j’ai assemblé la lichette boutonnières élastique au milieu du dos.

Pour terminer, j’ai attaqué la couture de l’assemblage des côtés de la jupe dans le tissu principal et la doublure, puis enfin j’ai froncé toute la hauteur de la jupe et je l’ai assemblé à la ceinture. Puis, j’ai réalisé les finitions de la doublure de la ceinture à la main et de l’ouverture dos en y posant les 13 petits boutons.

La touche finale a été l’ourlet du tissu principal que j’ai cousu à la main et qui m’a pris un peu plus de 3 heures pour obtenir un résultat avec un joli tombant comme je le souhaitais. Pour marquer la bonne hauteur, j’ai fait appel une nouvelle fois à Mélanie alias Cousette Chérie, ma témoin de choc. Elle m’a aidé à réaliser les marques pour couper la robe à la bonne taille lorsque j’avais la robe sur le dos avec les talons de la soirée.

L’ourlet de la doublure ayant été réalisé au point ourlet avec la surjeteuse, cela a été bien plus rapide !

La dernière touche que j’ai cousu à une semaine du mariage a été la fermeture du haut du dos en dentelle par deux petites pressions blanche et un lien en galon de dentelle qui se noue et tombe sur le dos pour une petite touche bohème.

La robe de mes rêves

Après toutes ces heures de réflexions, de patronage et de couture que j’estime à environ 60 heures… la robe que j’avais en tête à pris vie devant mes yeux et j’en suis très satisfaite. Elle est comme je la rêvais et bizarrement j’ai tellement travaillé dessus que l’émotion s’est dilué au fil de la couture. Une fois portée, c’est comme si elle avait toujours existé et point de larmes de mon côté mais beaucoup de satisfaction.

Mes impressions après le mariage

La robe a survécu à la soirée contrairement à mes pieds dans mes jolies sandales ;) Elle est tout de même un peu tâché sur le bas au niveau de la traine surtout mais cela devrait s’arranger avec un bon lavage à la main. L’ourlet à la main à survécu lui aussi ce qui n’était pas gagné car je ne l’ai pas ménagé toute la journée !

Ce n’est pas si évident de déambuler avec une si longue robe et à refaire j’essayerai sans doute de diminuer l’ampleur de la jupe pour faciliter mes déplacements sans dénaturer la coupe de la robe. La robe a été très agréable à porter jusqu’à tard dans la nuit ou plutôt très tôt le matin, malgré le poids du crêpe lourd de la jupe.

J’ai reçu beaucoup de compliments sur ma robe lors du mariage comme toutes les mariées, mais cela résonne d’autant plus lorsque l’on prend conscience de tout l’investissement nécessaire pour sa création. Je ne regrette pas une seconde cette aventure qui m’a beaucoup fait progresser, repousser mes limites et qui restera la plus belle pièce de mon dressing et celle qui a fait briller les yeux de mon époux.

Merci

Je tiens à remercier tout d’abord Stragier pour m’avoir si bien conseillé lors de ma visite dans leur joli showroom belge, ainsi qu’Amandine, mon amie qui m’a accompagné lors de cette visite. Mais également Mélanie a qui j’ai envoyé des photos petit à petit pour me rassurer et demander conseils dans les étapes clés de sa confection. Je remercie aussi Artesane pour l’accès à son cours, Je couds ma robe de mariée par Camille de Saint Léger qui m’a délivré de précieux conseils en vidéo et à travers nos échanges.

Sans oublier mon cher et tendre qui a résisté à l’envie de soulever le drap qui cachait la robe depuis des semaines à la maison alors qu’il passe devant 10 fois par jour. Une petite pensée également à ma maman qui m’a offert tout le tissu nécessaire à sa réalisation et qui est je crois très fière du résultat.

signature atelier svila
15 Commentaires
  • Marie Bouchereau
    Publié à 05:01h, 24 juillet Répondre

    compliments!!!!! tes videos m encouragent beaucoup!! je suis debutante en tricot et couture. j espere y arrivee comme toi.

  • Naelle
    Publié à 20:49h, 10 juin Répondre

    Sublime ta robe de mariée, un superbe travail, j’imagine ta fierté d’avoir cousue ta propre robe pour ta mariage, superbe aventure couturesque.
    Félicitations

  • Vanessa
    Publié à 14:33h, 24 avril Répondre

    Magnifique! Quel bel accomplissement, toutes mes sincères felicitations!

  • Jø Jø
    Publié à 22:32h, 24 janvier Répondre

    Waouw ,votre robe est magnifique et vous va hrper bien. Bravo pour ce beau travail, mêlé s il a pris du temps, le résultat est à tomber.

  • Audrey
    Publié à 20:33h, 24 janvier Répondre

    Waouh. Elle est magnifique et quel travail.

  • sophie
    Publié à 17:23h, 02 janvier Répondre

    Bravo, quelle magnifique robe et quel travail soigné ! Elle vous va à la perfection, vous pouvez être fière de cette pièce unique de votre garde-robe !

  • Béa
    Publié à 22:38h, 29 décembre Répondre

    Cette robe est tout simplement superbe ! Elle te va à ravir. Bravo de t’être lancé un tel défi.

  • Amélie
    Publié à 23:02h, 27 décembre Répondre

    Bravo !!!!!!!! C’est magnifique … et merci pour l’article très intéressant !

  • Cyrielle
    Publié à 22:06h, 27 décembre Répondre

    Chapeau bas pour cette robe absolument magnifique et bohème ! Et quel talent de couturière, félicitations!

  • Momoandco
    Publié à 18:06h, 27 décembre Répondre

    Un immense bravo, que de travail pour un résultat ultra professionnel.

  • Anne-Sophie
    Publié à 16:07h, 27 décembre Répondre

    Quel travail impressionnant et surtout quel rendu magnifique !!!!
    Bravo, je suis littéralement impressionnée!
    Ta robe est très belle et te va à merveille

  • Martine Maillet
    Publié à 15:31h, 27 décembre Répondre

    Magnifique,bravo pour la robe mais également pour l’écriture .merci

  • Priscillia
    Publié à 15:25h, 27 décembre Répondre

    Félicitations à la fois pour ton mariage et ta robe ! Je n’ai pas eu le courage de coudre la mienne. Ta robe est magnifique ! En tout cas, ton article est super pour celles qui voudront se lancer

  • Ladycarice
    Publié à 15:06h, 27 décembre Répondre

    C’était je crois, l’article le plus émouvant que j’ai pu lire. Tout ce travail, l’émotion, cette aventure et ce résultat… C’est juste incroyable ! Ta robe est époustouflante
    Je suis convaincue de réaliser ma robe de mariée si l’occasion se présente et à ce moment là, je reviendrai vers ton bel article !

    Toutes mes félicitations

  • Véronique
    Publié à 12:48h, 27 décembre Répondre

    Magnifique! Tu es sublime dans ta robe et elle te correspond tellement parfaitement, quelle belle aventure dans dont tu peux être fière. Merci de nous partager tous tes conseils.

Publier un commentaire